Jack VANCE
retour à la page d'accueil retour à la page sf

Les domaines de Koryphon   (Presses Pocket)

C'est vrai que Jack Vance sait raconter de belles histoires, avec plein de personnages fort originaux ! Certes, comme chaque espèce végétale et animale porte un nom qui ne "ressemble à rien", au début, on est un peu perdu dans ces descriptions précises et inhabituelles. Et puis, il suffira de se laisser aller, en essayant d'imaginer à quoi peut bien ressembler un Erjin, un Morphote, un étrange char à voile, etc... Quand on accepte d'entrer dans le monde du "merveilleux", il faut perdre tous repères et tout rationnalisme ! Bien sr que les personnages sont assez stéréotypés, et les situations conventionnelles, même si le décor ne l'est pas, mais c'est un conte de fée, alors... faut le prendre comme tel !

Haut


Cugel saga   (J'ai Lu)

Un beau conte de fée, une belle histoire, pleine d'aventures, de rebondissements, de sorciers, de magie, de tavernes et d'auberges louches, de lieux étranges, de créatures indescriptibles, de bandits, de nafs, avec, au milieu de tout cet environnement foisonnant, le jeune Cugel, ingénu et inventif, chanceux et maladroit, qui se sort de tous les périls qui le guettent par sa malice et son esprit vif. Légèreté du ton, agrément d'un récit aux descriptions fabuleuses, humour, inventivité, absence totale de violence gratuite, tout concourt à faire de ce roman un très plaisant moment de lecture.

Haut


Cugel l'astucieux   (J'ai Lu)

Si c'était un film, on dirait que c'est une honnête série B, pleins de clichés, de rebondissements plus ou moins attendus, un livre d'aventure pour jeunes, tout au plus. Ce n'est pas désagréable, l'histoire est enlevée, souvent amusante, mais c'est quand même bien vide, et ça s'oublie dès la dernière ligne achevée.

Haut


La planète géante   (Le Bélial)

Une immense planète, où vivent les descendants de tout un échantillonnage de marginaux issus de la vieille terre, à mi-chemin entre la technologie rejetée (ou impossible) et les coutumes ancestrales. Et un justicier, un envoyé justement de la Terre, qui essaye de rejoindre ses semblables dans l'enclave. Rien de bien original dans l'histoire, qui ressemble à beaucoup d'autres : les péripéties d'un long cheminement dans des lieux plus ou moins hostiles, au milieu de gens qui ne le sont pas moins. Et aussi une figure féminine, aussi stéréotypée qu'on peut l'être, aussi traîtresse que belle, dont le héros tombe bien sr amoureux... Tout cela n'offrirait guère d'intérêt et ce livre serait aussi ennuyeux que banal s'il n'y avait les extraordinaires descriptions, minutieuses, précises, poétiques, qui l'émaillent. Quel dommage que des gens biens communs évoluent dans des décors aussi bien rendus, aussi originaux, aussi bien peints ! Parce qu'en dehors de ça, le reste est tellement plat...

Haut


Les baladins de la planète géante   (Le Bélial)

Ce n'est ni de la SF, ni de la fantasy, ni de la parodie à la Pratchett, et ce livre n'est dans cette rubrique que parce qu'il fait partie du même cycle que le précédent. Amusants, ces théâtres flottants qui donnent des représentations aux villes et villages bordant un long fleuve, amusants ces deux "directeurs de troupe" qui se disputent et se roulent mutuellement, originaux les décors tous différents et dissemblables, dommage que le seul personnage féminin soit si peu crédible.

Haut


Le cycle de Tschaï   (J'ai Lu)

Le Chasch - Le Wankh - Le Dirdir - Le Pnume
Ces quatre volumes se lisent tout d'une traite, il n'y a aucun temps mort, et on regrette qu'il n'y ait pas un cinquième volume pour continuer l'histoire. Le monde de Tscha est d'une richesse inoue, les différentes races sont originales, tant dans leur morphologie que dans leurs moeurs, les paysages très variés, les situations singulières. Ce qui est curieux aussi, c'est ce mélange de haute technologie (fusées, engins spatiaux, aéroglisseurs) et ces mondes moyengeux, avec tavernes enfumées, aubergistes, marine à voile... Un gros reproche, toutefois, c'est que le héros, toujours invincible, toujours gagnant, jamais blessé, finit par être irritant tant il est factice. Chaque fois qu'il est dans une situation périlleuse, il y a un deus ex machina qui intervient, et d'une phrase, d'une pirouette, il s'en sort. Une fois, ça passe, mais à chaque fois, c'est un peu trop, et on croit lire un roman d'aventure pour adolescents. Disons que c'est à la fois de la littérature riche par l'imagination de l'auteur, mais facile quant à l'intrigue et à ses péripéties. Très plaisant à lire, toutefois, et pas fatigant.

Haut


La mémoire des étoiles   (Pocket)

Un bouquin foisonnant ! Il y a de tout, plein de gens, plein d'intrigues qui s'entrecroisent, des idées qui partent dans toutes les directions, une société originale très finement observée, de l'aventure, du suspens. Certes, tout ce feu d'artifice débouche aussi sur des longueurs, du verbiage, des passages " hors sujet ", si l'on peut dire, un manque de rigueur et de concision. C'est en fait un roman d'aventure, on va d'une planète à l'autre comme on irait d'un pays à l'autre sur Terre, la dimension galactique n'apportant rien à l'histoire. Malgré tout, ça reste un fort agréable divertissement, plutôt bien mené, et plaisant à lire.

Haut


Escales dans les étoiles   (Rivages Fantasy)

Les pérégrinations de quatre joyeux drilles de mondes en mondes, d'étoiles en étoiles, transportant pèlerins et marchandises, buvant et mangeant de bon appétit, discutant et philosophant, jouant aux cartes et se battant à l'occasion. Une histoire truculente, pleine d'humour, avec des héros très différents et fort originaux. Un livre fort distrayant et fort agréable à lire. Toutefois, comme dans "la mémoire des étoiles", la dimension "cosmique" est quasiment inutile, il suffirait aux protagonistes d'aller, sur une même planète, d'un endroit à l'autre, comme l'auraient fait d'anciens marins, et l'histoire aurait été la même... parce que, prendre son astronef à l'astroport, et cingler vers le voisinage d'une autre étoile, en sortant de la taverne où l'on a bu la cervoise locale, ça ne va pas.. et cette association de mondes moyenâgeux et de technologie spatiale manque de logique ! Ce qui, toutefois, n'ôte pas grand chose au plaisir de lecture.

Haut