Jean de la HIRE
retour à la page d'accueil retour la page sf

La roue fulgurante    (Omnibus)

Cet ouvrage a été publié en 1908 sous la forme d'un feuilleton dans un journal populaire. Il faut lire ça pour la "culture littéraire" en général, parce que c'est succulent ! Ah les vilains Mercuriens, méchants et laids, vivant sur une planète où tout est rouillé, sous d'épais nuages verts, et que dire de l'amour fou et romantique du jeune bourgeois français et de la belle espagnoles, lesquels, ainsi que leurs compagnons, respirent tout à fait facilement sur cette planète, où il ont "seulement" un peu chaud... Les dialogues sont extraordinaires, on dirait du Eugène Sue, et la fin est un tourbillon d'incohérences et de fantaisie scientifique et spirite savamment mélangés. On en savait si peu sur Mercure en 1908 pour que l'on puisse écrire ce genre de choses sérieusement ? Peu importe au fond, si ce livre, proche du style de Jules Verne (en particulier les sous-titres de chapitres qui racontent à l'avance ce qui va se passer), ou de Wells, est très amusant, et très agréable aussi.. Les feuilletonistes avaient aussi ce talent là, de captiver le lecteur, même avec des inepties !

Haut