Pierre GRIMBERT
retour à la page d'accueil retour la page sf

Le secret de Ji    (France-Loisirs)

Au bout de cinquante pages, on se dit : mais c'est du Eddings ! C'est la Belgariade, la Mallorée ! Disons que ça en a les mêmes défauts et les mêmes qualités...Les défauts ? Des personnages très stéréotypés, chacun avec ses caractéristiques : le guerrier, le jeune homme pur, la magicienne, la prêtresse... les méchants et leur dague empoisonnée... des situations si habituelles qu'on n'a pas l'impression de changer le livre : une quête, une fuite, d'une poignée de personnages guettés par des individus maléfiques, mais que l'on sait devoir gagner de toutes façons, des péripéties dont les héros se sortent toujours, quelles que soient les difficultés, des auberges aussi -- ah, les auberges dans les livres de Fantasy, une grande constante -- et une époque pseudo-moyennâgeuse. Les qualités ? Déjà, ça ne pose pas de questions, ça ne casse pas la tête ! Et... c'est passionnant, on n'a pas plutôt fini un tome qu'on se dépêche d'ouvrir le suivant. De la littérature "facile" ? Certes, mais de temps en temps, ça détend, c'est agréable, le suspens n'est pas fatigant puisqu'on sait bien comment ça va finir. Bon, il ne faudrait pas que ça dure trop longtemps non plus, parce que le côté répétitif (on avance dans un royaume inconnu, on échappe à tous les périls grâce à la force de l'un, à la magie de l'autre), on se repose à l'auberge, on repart... etc..) finirait pas lasser, mais si l'on veut juste se distraire et ne pas se "prendre la tête", ce genre de livre est le bienvenu, et ces volumes tout particulièrement, parce qu'il y a tout de même plus de fond, de souffle, et de vigueur que dans Eddings !

Haut