Gregory BENFORD
retour à la page d'accueil retour à la page sf

La sphère    (France Loisirs)

Un livre tout à fait remarquable, écrit par un physicien américain, qui ne manque pas de talent littéraire, en plus de ses connaissances scientifiques. Est-ce vraiment un ouvrage de SF ? C'est tellement ancré dans le réel, dans les spéculations actuelles, sinon dans les expériences réalisées, dans une époque à peine postérieure à la notre, qu'on a tendance à penser que telle chose pourrait arriver dans les mois à venir... et c'est sans doute ce côté " vrai " qui rend ce livre si intéressant et si concret. L'auteur décrit le monde de la recherche scientifique avec la clairvoyance et la précision de celui qui y vit quotidiennement (ce qui est le cas), montrant bien les fossés creusés entre les savants, leurs lourdes instances administratives, leur compétitions permanentes, et l'omniprésence des médias. Une histoire atypique, des caractères bien observés, de la bonne littérature dans un genre (vulgarisation scientifique romancée) pas facile !

Haut


Dans l'océan de la nuit    (Denoel)

Le Centre Galactique Tome 1 : Un gros livre très dense, très riche, parfois hermétique, souvent ambigu, se déroulant sur deux scènes en parallèle, ou plutôt dans deux endroits de l'univers simultanément, avec des personnages profonds, des détails recherchés et précis, une action fouillée, beaucoup de précision et de qualité dans les descriptions. Ce n'est pas le genre d'ouvrage à lire "en pointillés", il ne faut pas le quitter quand on en a entrepris la lecture sous peine de se noyer rapidement dans le tourbillon qu'engendre cette vaste fresque. Ce n'est pas du tout une lecture facile et détendue ! On peut adorer, ou, si l'on n'adhère pas du tout à cette histoire et à cette atmosphère, détester et ne pas réussir à aller jusqu'au bout. Enigmatique et quelquefois obscur, ce livre peut aussi bien enthousiasmer que totalement déplaire, de toutes façons, c'est loin d'être une oeuvre "moyenne", dans aucun sens du terme !

Haut


A travers la mer des soleils    (Denoel)

Le Centre Galactique Tome 2 : Un gros livre très dense, très riche, parfois hermétique, souvent ambigu, se déroulant sur deux scènes en parallèle, ou plutôt dans deux endroits de l'univers simultanément, avec des personnages profonds, des détails recherchés et précis, une action fouillée, beaucoup de précision et de qualité dans les descriptions. Ce n'est pas le genre d'ouvrage à lire "en pointillés", il ne faut pas le quitter quand on en a entrepris la lecture sous peine de se noyer rapidement dans le tourbillon qu'engendre cette vaste fresque. Ce n'est pas du tout une lecture facile et détendue ! On peut adorer, ou, si l'on n'adhère pas du tout à cette histoire et à cette atmosphère, détester et ne pas réussir à aller jusqu'au bout. Enigmatique et quelquefois obscur, ce livre peut aussi bien enthousiasmer que totalement déplaire, de toutes façons, c'est loin d'être une oeuvre "moyenne", dans aucun sens du terme !

Haut


La grande rivière du ciel    (Ailleurs et demain)

Le Centre Galactique Tome 3 : Il est extrêmement difficile de faire partager à autrui l'enthousiasme que la lecture de cet ouvrage suscite, tant le sujet est inhabituel, ou plutôt traité de manière inhabituelle. Que des " engins mécanisés " aient colonisé une planète réduisant les humains à être d'éternels fugitifs apeurés n'est pas en soi bien original, mais dans cette histoire, les Humains ne sont plus tout à fait humains, truffés de puces (informatiques), d'implants divers, de canaux directs de communication avec leurs ancêtres, de dons cybernétiques variés, et les Mécas sont loin d'être de simples machines, aussi perfectionnés qu'ils soient. On assiste donc au choc de deux cultures, sans savoir vraiment laquelle est faite d'être pensants et intelligents (les deux ?). Un des grands intérêts de ce livre est la méticulosité dans la description des détails, de lieux, de types d'individus, d'atmosphère, avec en prime des bouffées spiritualistes et métaphysiques parfaitement intégrées dans l'ensemble. La fin en est le maillon faible, d'autant plus qu'après une telle lecture, on devient très exigeant.

Haut


Marées de lumière    (Livre de poche)

Le Centre Galactique Tome 4 : Vertigineux... ce volet est étourdissant ! Mais c'est une lecture difficile, compliquée, tant les concepts et le vocabulaire sont inhabituels. Il y a beaucoup d'histoires intimement imbriquées, celle de Killeen avec les Cybers, ces dernières (oui, ils sont femelles) avec les Mécas, sans oublier les actions psychiques et les manifestations physiques d'entités énergétiques qui gravitent dans le centre de la galaxie, dans une "marée de lumière" pas toujours facile à suivre. Il faut être particulièrement attentif aux moindres détails, qui ont tous leur importance, sans se laisser aller à un surf poétique et ésotérique, sous peine de perdre le fil et de laisser passer un point important de l'histoire. Ce n'est pas de la lecture évasion, et pourtant... Il est plutôt surprenant de voir avec quel réalisme Benford a réussi à donner une vie, une apparence et surtout à analyser les pensées et les comportements des créatures Cyber jusqu'à les rendre aussi crédibles que fascinantes. Il est tellement difficile de prêter des sentiments et un fonctionnement mental à une intelligence aussi différente que la nôtre, et d'éviter l'anthropomorphisme ! Un livre dense, profond, rigoureusement structuré, ardu à suivre, et totalement original.

Haut


Les profondeurs furieuses    (Ailleurs et demain)

Le Centre Galactique Tome 5 : Un roman fascinant, dont il est bien difficile de s'extraire ; une histoire étourdissante, qui se déroule aux abords du trou noir, centre de la galaxie, au milieu des forces primitives, des lois immuables de la physique, dans un maelstrom de couleurs, de violences, de singularités, de concepts totalement en dehors de l'esprit humain. Que de talents il faut pour décrire l'indescriptible ! Pour faire aussi finement un amalgame réussi de poésie et de physique fondamentale ! Quelle difficulté aussi pour clarifier ses propres idées dans ce tourbillon que toute l'imagination humaine ne saurait appréhender ! On flotte donc, avec ravissement (au sens fort du terme) au milieu de tous ces mots, sans savoir beaucoup plus que le héros où l'on va... et on n'en sort pas indemne. Un livre puissant, profond, souvent hermétique, surtout vers la fin, qu'on referme avec un incommensurable regret.

Haut